« Pourquoi n’y-a-t-il jamais d’enfant noir dans les livres pour enfants ? »

« Pourquoi n’y-a-t-il jamais d’enfant noir dans les livres pour enfants ? » demanda un petit garçon afro-américain à Stella Gentry Sharpe, qui se mit en devoir de réparer ce manque avec Tobe, paru en 1939, tant il est vrai que se reconnaître dans le personnage blanc d’un livre devait être bien difficile pour cet enfant !

Tobe, personnage imaginaire, prend les traits de cet enfant photographié par Charles Farrell dans un township de la région de Greensboro, pour illustrer le texte de Stella Gentry qui, elle, s’inspire de la vraie vie d’un enfant noir de Caroline du Nord.

Les 61 photographies en noir et blanc présentent Tobe, ses quatre frères, ses animaux, ses jeux dans la ferme ou dans les bois. Ce ne sont pas des mises en scène mais des photographies de personnages ou de la vie quotidienne qui accompagnent les courts textes écrits à la première personne, autour de thématiques comme Thanksgiving, Santa Claus, picking peaches, finding a bee tree…Réalisées bien après l’écriture du texte, les deux se complètent pourtant. Le lecteur trouve dans les images des informations que le texte ne donne pas, sur les décors, les personnages, et le texte renseigne sur ce que l’image ne montre pas, sur ce qui est dans le hors-champ visuel, sur les actes qui ont précédé.

Cet ouvrage est une fiction. Pourtant il fonctionne comme un documentaire sur la vie quotidienne et heureuse d’un jeune garçon en Caroline du Nord. Stella Gentry Sharpe s’écarte des écueils des livres pleins de stéréotypes sur les noirs qui peuvent peupler d’autres ouvrages. Ce n’est pas non plus un livre engagé comme pourra en produire Shackelford qui cherchera à construire l’identité noire dans son livre My Happy days en ancrant son personnage Rex dans la modernité ou Sandra Weiner avec son  it’s wings that make birds fly, qui narre les bonheurs et malheurs d’Otis

Cet ouvrage a connu un réel succès auprès du public, avec un premier tirage à 5000 exemplaires, suivi d’une ré-édition à 10 000 exemplaires.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *