Jean Rouch et l’ethnologie différemment

 

« Si vous voulez sauver les connaissances, les faire voyager à travers l’espace et le temps, confiez-les aux enfants. » commente Jean Rouch, cinéaste-ethnologue et auteur de l’album photographique Le Petit Dan, paru chez Arts et Métiers Graphiques en 1948.

Est-ce ainsi qu’il faut voir cet album pour enfants ?

En 1947, Jean Rouch descend le fleuve Niger, photographie, prend des notes, dessine et recueille, à l’aide d ‘un traducteur, la tradition orale.  Il fait oeuvre d’ethnologue. Mais comme pour les 150 films qui jalonnent sa carrière, il pratique une ethnologie différente qui amène le spectateur occidental à reconsidérer sa vision qu’il a de l’Autre et de lui-même. Et si la Vérité était dans les  contes des origines venus d’ailleurs ? C’est ce que semble proposer ce petit Dan qui fixe le jeune lecteur occidental de l’après-guerre. Il ne lui faut pas chercher l’identique, mais avoir la capacité de s’étonner, d’être surpris, de s’ouvrir.

Après la mort de leur père, Dan est élevé par sa sœur Sara. Mais l’enfant multiplie les bêtises, instaure du désordre en toute chose, provoque la disgrâce du roi, et n’obtiendra son salut qu’après avoir vaincu un terrible dragon.

Photographies, dessins et textes s’allient pour transcrire sur le papier un conte transmis de génération en génération. La photographie des personnages et des lieux, ancre le mythe dans la réalité, effleure le documentaire, mais sa confrontation avec les dessins et les mots la fait basculer dans la fiction et la magie.

Centenaire Jean Rouch http://jeanrouch2017.fr/fr/

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *