« Upside Down Inside Out and Backwards » et la « photo-graphie »

Upside Down Inside Out and Backwards, publié en 1993, est-il Le livre du Mixed-media qui a vu le jour dans les années 70 ?

Photographies,  dessins, typographie, photo-séquences, photomontages,  se mêlent, sur toute la surface de la page, de contes en contes, de poèmes en rhymes et semblent ne pouvoir vivre indépendamment les uns des autres. L’image est chargée en mots et trouve son prolongement dans le texte, en dessous, au dessus, tout autour. Le lecteur est contraint à un permanent va et vient entre les deux, s’il veut reconstituer le sens. Et quand le verbe est absent, les photographies portent suffisamment de narrativité pour le faire surgir.

Ces histoires ont-elles vraiment un sens ? L’auteur emmène en fait son lecteur, à la frontière entre réalité et monde du rêve.

Le livre se place d’ailleurs sous le parrainage d’Edward Lear, dont on peut retrouver l’influence dans les poèmes et les contes :  “A giggle, a  giggle for dear Edward Lear, who wrote rhymes without reason, I hear. All rules he dispensed. He despised common sens and deemed logic to be insincere”.

Lewis Carroll n’est pas très loin non plus :

« Once upon a time, there was an upside-down place but the people who lives there thought that it was right-side –up. Everything came from nothing and things were tall and small at the same time. Every thing seems to stay but they all went away(…) “if you want to find this place, look in the mirror”.

Le miroir et la photographie invitent le lecteur,  à aller explorer l’envers du décor, là où le monde se présente différemment de ce que nous croyons qu’il est.

© Duane Michals, Courtesy DC Moore Gallery, New York

Ce livre pour enfants est l’oeuvre du photographe Américain Duane Michals. Mais, est-ce bien un livre pour enfants ?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *