Master st Elmo, the autobiography of a celebrated dog.

Le 20 decembre 1908, le Los Angeles Herald tribune annonce la parution de deux livres pour enfants Captain kidd junior and Sinbad the sailor et Master st Elmo, the autobiography of a celebrated dog.

Les deux ouvrages sont signés de Caro Smith Senour, riche résidente d’Hollywood et de Chicago, déjà connue pour ses créations de chansons pour enfants et son engagement dans la défense des animaux.

L’auteur de l’article rappelle que tous les enfants sont naturellement attirés par les animaux et que, si parfois des petites histoires leur apprennent à s’en méfier, ces ouvrages vont les réconcilier, en démontrant la sagacité et la loyauté des animaux de compagnie.

Bien loin des tribulations de Sac à Tout dans les bas-fonds du  Paris des années 1900, St Elmo, un lévrier anglais raconte aux enfants qui liront ses mémoires de chien de 6 ans, sa vie tranquille au sein de la maison de Caro Smith Senour et ses multiples rencontres avec d’autres animaux,

Cet ouvrage est  révélateur des débuts de cette littérature pour enfant qui utilise l’animal comme substitut du petit d’homme :  le chien est élevé comme les enfants de la famille, s’exprime, partage les mêmes sentiments que les humains, « we doggies have feelings, too », reçoit des leçons sur l’histoire du pays, revendique sa bonne éducation, logique en tant que lévrier, chien aristocratique,  écrit ses mémoires et s’adresse aux jeunes lecteurs pour leur donner des leçons de morale.

Il ne s’agit pas pour autant d’un anthropomorphisme total puisque  le chien a aussi des activités de chiens, comme poursuivre les chats et les écureuils mais, selon l’auteur, de donner une voix aux animaux.

La photographie n’est pas anecdotique puisque 41 photographies illustrent le récit, en vignette ou en pleine page,  avec des clichés de ses amis, chiens, chats, chevaux, des enfants de la famille mais aussi des lieux visités au cours de ses petits séjours. le livre fonctionne comme dans un album de souvenirs, que le chien présenterait aux enfants, puisqu’il fait de nombreuses allusions aux images photographiques présentes. Ainsi, St Elmo ironise sur la façon dont on l’a parfois affublé pour lui faire prendre la pose  dans le studio photo, mais constate combien il est à son avantage en costume de gentleman.

Majour St Elmo, Milton, Springfield, Mass, U.S.A , Bradley Company 1904

L’ouvrage est aussi un moyen de promotion de Caro Smith Senour, qui n’hésite pas à inclure ses poèmes et chansons pour enfants au sein du récit et sa propre photographie en frontispice, pour amorcer l’histoire et rendre ainsi visible sa stratégie d’auteure. Elle se présente d’ailleurs  comme porte-parole des animaux et signe ainsi « The children and animals’ friends ».

Sans doute un aimable divertissement pour enfants en 1904, Major st Elmo apparaît aux lecteurs aujourd’hui comme un témoignage sur le mode de vie de la bonne société américaine et est révélateur de l’usage non restrictif de la photographie dans les livres aux Etats-Unis, au début du siècle.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *