Bazar Bizarre et le photomontage pour jouer

Le travail de Jean Lecointre pour les éditions Thierry Magnier n’est pas sans rappeler celui que fit Hannah Hoch pour son Picture Book.

Pour Bazar, bizarre, publié en 2012, ces découpages, collages, photomontages, illustrent deux mots qui varient à une sonorité près : bouton-mouton, poule-boule, lièvre-livre…

Comme Hannah Hoch, Jean Lecointre découpe dans des photographies publicitaires, assemble ses découpages, photographie le résultat. Surgissent alors des êtres hybrides qui questionnent, intriguent attisent la curiosité du jeune lecteur, qui sourit à la vue de ce lièvre qui porte un livre, ce porteur de crapaud plutôt que de drapeau, cette poule gonflée à l’hélium.

Une différence est notable toutefois : ses personnages hybrides sont constitués de parties facilement identifiables, rassurantes et amusantes  pour le jeune lecteur, alors que chez Hannah Hoch, le contenu de l’image est le plus souvent méconnaissable et que le résultat plonge le lecteur dans un monde totalement fantastique et onirique.

La création de Jean Lecointre est un jeu. Celle d’Hannah Hoch était l’expression d’une angoisse profonde et une volonté d’échapper au réel dans lequel était plongée l’Allemagne nazie.

Le travail de Jean Lecointre pour cet album témoigne aussi de ce que les avancées technologiques et le recours aux logiciels tels Photoshop permettent de créer des personnages hybrides en travaillant simplement sur une photographie, avec ce mouton gonflé comme un bouton et percé de quatre trous, ou cette carotte-carrosse affublée de quatre roues.

http://www.editions-thierry-magnier.com/9782364741539-l-jean-lecointre-bazar-bizarre.htm


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *