Jules Verne et la photographie

1044064247

A partir de 1899, les romans de Jules Verne font alterner photographies et gravures. Les photographies y jouent un rôle documentaire et didactique et confirment la volonté d’enseignement, similaire à celle des ouvrages scolaires,  qui accompagne la publication de ses œuvres au sein de la Bibliothèque   d’éducation et de récréation, fondée par l’éditeur Jules Hetzel.

Toutefois, avant 1899, les gravures réalisées par les illustrateurs sont parfois directement inspirées de photographies de voyageurs.

Le voyage relaté dans Claudius Bombarnac s’inspire de celui réalisé par Paul Nadar entre Septembre et octobre 1890, de Tiflis à Samarkande. Dès 1890, Jules Verne démarre l’écriture de ce « roman ferroviaire » qui conduit son héros, « un reporter du XXème siècle » jusqu’à Pékin.

Le titre de ce « roman fantaisiste et gai » a varié entre 1990 et 1992 : Voyage de l’express Transasiatique de Tiflis à Pékin, Notes d’un reporter, 13 jours avec Claudius Bombarnac.

Il paraît en feuilleton en octobre 1892, dans le journal conservateur Le Soleil, puis en volume gr.in-8, fin novembre 1892.

Paul Nadar rapporte 200 photographies de son voyage, réalisées avec les nouveaux petits appareils de photographie instantanée, le Kodak ou son Detective Nadar. Jules Verne, ami de la famille Nadar, a sans doute pris connaissance de ces clichés, puisque de nombreuses similitudes existent, des costumes aux monuments,  entre ces photographies et les illustrations réalisées par Léon Benett, qui, bien que grand voyageur lui-même, ne connaît pas la région.

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *