Le secret des deux plumes ou les pouvoirs de la photographie

 

img_2304

Lorsque en  1954, Albert Mermoud reçoit la proposition du couple Helena Kolda -Ivan Dukachek, de publier Le secret des deux plumes à la Guilde du livre, il sait, avant même d’avoir lu le texte, qu’il éditera ce roman-photo.

Il faut dire que ces clichés originaux retiennent l’attention, avec ce jeune garçon enfermé dans un bocal de confiture, ce chien à deux têtes…

img_2307

Le récit des aventures fantastiques de Martin, dans le décor des rues  modernes de Manhattan pourrait-il se passer des photographies ? C’est impossible ! Et le lecteur est averti dès l’incipit : « L’histoire des deux plumes exige pour être racontée, non seulement des mots, mais aussi des photos ».

La photographie a ici tous les pouvoirs.

Surnommée l’ « Omni-vue » elle peut voir et fixer sur papier l’imaginaire du créateur. N’est-ce pas le propre fils de l’auteur qui figure sur les photographies, un petit Ivan Dukachek en réduction ? Cette histoire n’est-elle pas inspirée de la propre enfance de celui qui rêvait d’avoir des pouvoirs magiques pour pouvoir fuir la Tchécoslovaquie communiste ?

Elle a aussi le pouvoir d’attester , que tout ce qui vient d’être raconté est bien réel. D’ailleurs, à la fin du récit, le héros  découvre une boîte avec tous les clichés des moments clefs de son aventure.

Et enfin, elle ouvre aussi la porte sur le rêve, le merveilleux, celui qui peuple l’esprit du lecteur, un monde qu’il s’invente pour fuir le monde qui l’entoure…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *